MG WA Saloon

Marque MG
Modèle WA Saloon
Couleur Noir
Transmission Manuelle 4 rapports
Puissance 95 ch
Kilométrage 75.674 miles
Année 1939
Prix 55.000 €

Après le succès des berlines SA et VA, la WA, annoncée en 1938 au Salon de l’automobile, devait être la plus grande berline jamais produite par Abingdon. La voiture avait une forme similaire à celle de la SA avec une carrosserie tout à fait étonnante, mais l’intérieur était beaucoup plus luxueux et le groupe motopropulseur modifié de la SA offrait plus de puissance.

On peut supposer que MG a poussé le concept de grande berline suffisamment loin avec les modèles SA et VA et qu’elle s’est suffisamment éloignée de l’image de voiture de sport (à l’exception de la TA Midget) pour satisfaire ce secteur du marché, mais à l’été 1938, la gamme de berlines est complétée par l’introduction de la WA ou berline de 2,6 litres. Il s’agissait d’une SA améliorée et dotée d’un moteur plus gros qui utilisait une unité de puissance qui n’avait été vue dans aucun autre produit Nuffield de l’époque. La WA était sans aucun doute la MG la plus luxueuse jamais produite par Abingdon et, bien que superficiellement similaire au modèle SA, la carrosserie était bien plus spacieuse et bien mieux équipée. Le tableau de bord très complet comportait quatre instruments octogonaux élégants avec un compteur de vitesse à 100 miles par heure, un compte-tours, la température de l’eau, la pression d’huile, une jauge à carburant, un ampèremètre et une horloge électrique, le tout incorporé dans un joli cadre en argent oxydé. Immédiatement en dessous, regroupés autour du commutateur d’allumage, se trouvaient des rangées de commutateurs et de voyants pour les autres fonctions (essuie-glaces, feux, starter, etc.). L’intérieur était très bien fini avec des sièges en cuir confortables, des panneaux de porte en cuir avec de belles incrustations en bois. La ventilation était bien assurée grâce à l’ouverture de la vitre avant et à l’ouverture individuelle des feux de custode sur les portes.

Le châssis est similaire à celui de la SA, avec le même empattement et la même voie avant, mais la voie arrière a été élargie de plus de trois pouces pour améliorer le confort de conduite à l’arrière. Les freins ont été améliorés en augmentant leur diamètre de 12 à 14 pouces et Kimber a suggéré que le système bénéficierait d’un double maître-cylindre Lockheed en raison du poids de la voiture.

Le moteur est dérivé du moteur SA et l’on souligne le fait qu’il s’agit de l’un des premiers moteurs à utiliser un vilebrequin entièrement contrebalancé. La course du moteur est restée inchangée à 102 mm, mais l’alésage est passé de 69 mm à 73 mm, ce qui donne une cylindrée de 2561 cm3. Avec un taux de compression beaucoup plus élevé, le moteur développe alors quelque 20 ch de plus que sous la forme VA.

Trois types de carrosseries étaient disponibles sur le châssis WA lorsqu’il a été annoncé au cours de l’été 1938. La berline se vendait £442, un Tickford drophead Coupe était disponible à £468 et le Charlesworth Tourer pouvait être obtenu pour £450 mais seulement neuf d’entre eux ont été produits. Les essais routiers réalisés par les journaux automobiles de l’époque étaient très rares, mais ceux qui ont été publiés indiquaient que la WA présentait des performances très similaires à celles de la SA et de la VA. L’accélération est jugée peu excitante par rapport aux voitures de sport MG, mais la WA est créditée d’une bonne vitesse de pointe et de la capacité de maintenir des vitesses de croisière élevées à des régimes relativement bas. Parmi les autres qualités de la WA, citons une excellente tenue de route, une direction positive et un freinage efficace, autant d’atouts indispensables compte tenu de la taille et du poids du véhicule.

On estime que la production de la WA Saloon s’est limitée à 265 voitures, dont 34 seulement existeraient encore aujourd’hui.

Equipé d’un grand toit ouvrant, cet exemplaire a été acquis son propriétaire actuel en 1990 dans le Kent en Angleterre, où elle avait passé toute son existence, et l’a ensuite restaurée durant deux années :

  • Réfection des cadrans et compteurs
  • Remise à neuf de tous les chromes
  • Nouvel intérieur

Elle a ensuite gagné de nombreux prix d’élégance en Belgique. Le moteur a été refait en 2002 (vilebrequin, coussinets, culasse sans plomb,…).

La peinture présente des défauts liés à son âge, châssis est sain et la voiture roule très bien.

Cette MG WA est l’occasion unique de découvrir de monde des avant-guerre dans une voiture performante et rare, qui grâce à des freins hydrauliques, rares pour l’époque, permet de la conduire dans la circulation actuelle sans appréhension.

 

Dossier photo à venir