Daimler XJC 4.2

Marque Daimler
Modèle XJC
Couleur Vert
Transmission Automatique 3 rapports
Puissance 180 ch
Kilométrage 55.700 miles
Année 1976
Prix 25.000 €

La XJC est une version à deux portes de la berline XJ6 à quatre portes. Lorsque Sir William Lyons a commencé les exercices de style pour les nouveaux modèles XJ au milieu des années 1960, il était évident qu’il avait en tête l’idée d’un coupé à deux portes pour une éventuelle production. La XJC fut la dernière voiture Jaguar à être conçue et construite par Sir William Lyons.

Le coupé deux portes est basé sur la plate-forme de la XJ série 1 à empattement plus court et était clairement destiné à être la version sportive des modèles XJ. Au Royaume-Uni, en Europe, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande et en Australie, il était proposé en quatre versions : Jaguar 4.2C ; Jaguar 5.3C ; Daimler Sovereign et Daimler Double Six.

Tous les coupés étaient équipés de série d’un toit en vinyle noir. Il est fort probable que les responsables du marketing aient insisté sur ce point, car les toits en vinyle étaient à la mode dans l’industrie automobile de l’époque. Quoi qu’il en soit, de nombreux propriétaires actuels ont choisi de supprimer cette caractéristique. Les XJC sont extrêmement bien proportionnées et le style du coupé sans pilier donne une impression d’ouverture qui est souvent associée à un cabriolet.

La production de la XJC a été très courte. Après avoir débuté en 1975, le dernier de ces grands véhicules est sorti des chaînes en novembre 1977. Paradoxalement, cela a permis à la XJC de devenir la rare collection classique qu’elle est aujourd’hui, bien que les prix n’aient pas encore atteint les sommets vertigineux atteints par la Type E. La XJC reste l’une des plus belles voitures du monde ! De plus, elle offre un excellent rapport qualité-prix. À ce jour, la XJC est la seule berline coupé deux portes à toit fixe de Jaguar.

Cet exemplaire est une version Daimler, encore plus rare, de 1976 : en finition Daimler Sovereign et moteur 6 cylindres 4.2, elle n’a été produite qu’à 1677 unités. D’origine anglaise, c’est une conduite à droite (RHD) et c’est un élément très important, elle possède un très grand toit ouvrant qui, une fois les 4 vitres baissées, la rapproche très fort d’un cabriolet !

La voiture a été très bien entretenue et possède un dossier de suivi très complet. Les travaux récents couvrent la réfection du système de freinage et des carburateurs.